UA-64808714-1 UA-64808714-1 (UA-64808714-1)
logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

16/05/2018

Une mauvaise blague ?

                                                          Je croyais que durerait  longtemps

                                                          L' époque de mes cinquante ans

                                                          Or, aujourd'hui ce sont mes enfants

                                                          Qui sont  tous quatre,  cinquantenaires!

 

                                                            Me voici,  perso,  octogénaire

                                                          J' en suis souvent, époustouflée

                                                         Moi, qui n' ai pas  vu ma  Mère

                                                         Ni  mon Père, bancals, craquelés !

 

                                                                              

cuisine 85.jpg

 

                                                          Lorsque je revois leurs visages

                                                          Ils sont  tous deux, à leur avantage

                                                         Ma Mère 42, mon Père 53 ans

                                                        Ils avaient  l'  âge  de mes enfants !

 

                                                         C' est pourquoi, je suis étonnée

                                                          De vieillir, d' avoir, tant d' Années !

                                                             Dieu me fait la grâce de vieillir

                                                           De voir mes arrières petits, pour me réjouir!

                                                                                       

liens du sang  258.jpg

 

                                                       La vieillesse  n' est pas  une mauvaise blague

                                                       Je profite de mes jambes, de ma mémoire

                                                        Je marche un peu, pour ma santé

                                                         Je me réchauffe au soleil du Midi  !

                                                                                  

ecrire  9.jpg

 

                                                        Par la Grâce de Dieu, je suis protégée

                                                        Tous les jours, je poétise,  je lis...

                                                              Sur internet, je me divertis

                                                        Je partage  avec quelques amies....

 

                                                             Je possède  la  liberté absolue

                                                       Car l' Amour de Dieu  est dans mon cœur, répandu...

                                                       Je possède le téméraire courage du Lion

                                                       Puisque de Dieu  j' ai reçu l' Onction ! 

 

                                                                Aimée 

                    "  Soyons  vieux gaiement

                       pour  rendre  la vieillesse  aimable 

                       Elle  a si mauvaise  réputation !

                                                        Anne Barratin

                                              

                                                      

10:01 Écrit par salomée dans Ma famille | Tags : vieillesse, amour de dieu, grâce petits, onction réjouir | Lien permanent

13/04/2018

Mélancolie

                                                            Je  pense à  toi,  mon époux...car

                                                            Tu  n' as  pas  pu  être heureux!

                                                            En toi, brûlait  comme un  feu...

                                                            Moi,  j' y ai  cru, je l' avoue...

 

                                                            J' ai espéré, attendu  très  longtemps

                                                             Je n' ai  pas  voulu  renoncer !

                                                              Nous nous étions assemblés

                                                               Pourquoi gaspiller  notre  Temps?

                                                                                    

amour pour Jésus.jpg

 

                                                                    La Mélancolie doucement

                                                               Reprend de mon cœur, possession

                                                               En écoutant  Beethoven, Schubert!

                                                              Je souffre, j' en veux à la terre entière !

 

                                                             Cela n' aurait jamais  dû, jamais

                                                                 Se passer  de  cette  façon...

                                                             Mon cœur  douloureux  pleurait

                                                             Déjà la disparition de mes parents!

 

                                                            Pourquoi ne l' as-tu pas compris ?

                                                             Pourquoi  t 'es-tu comporté en ennemi ?

                                                           Dès que nous avons été seuls tous les deux ,

                                                           La première Année, nous étions malheureux!

 

                                                           Je déteste la Jalousie, cette  maladie

                                                                  Dont tu étais déjà atteint

                                                            Avant de me connaître, c' est  certain !

                                                           J' en suis encore  si triste aujourd'hui !

 

                                                           Cette gangrène qui  te  minait

                                                         Tu ne me l' avais jamais montrée

                                                         Lorsque nous  nous sommes  fréquentés

                                                            Un court moment, à  Perpignan!

 

                                                          J' ai cru que pour moi, la porte s' ouvrait

                                                             Celle du Bonheur, et de la Paix !

                                                          L' Algérie sombrait dans la guerre

                                                         J' ai cru que la France serait ma Terre hospitalière ...

                                                                                  

bougainviller.jpg

 

                                                           Hélas, ni l' Amour, ni la Paix

                                                        Je ne les ai  trouvés dans ce Pays

                                                           Qui était ma lointaine Patrie

                                                         Où après l' Enfer, et ton Décès, je vis !

 

                                                      C' est la longue et terrible Maladie

                                                           Qui t' a diminué, emporté!

                                                       Tu as perdu ta verve effrontée, ton agressivité

                                                       N' ayant jamais à personne fait confiance !

 

                                                       Nous avons tous eu compassion

                                                     De toi, à te voir tellement changé

                                                      Sans défense, sans aucune  volonté....  

                                                      Nous en avons été peinés bouleversés !

 

                                                     Nous avons  tous  malgré nous

                                                           Assisté à ta déchéance...

                                                      Je t' avais heureusement  tout pardonné

                                                        Je n' étais plus dans la souffrance....

 

                                                     Tu prenais beaucoup de place à la maison

                                                      Tu parlais cru, en imposais aux enfants....

                                                     Ton absence se fait ressentir maintenant

                                                     Nous étions si habitués, à ton tempérament...

                                                                                    

arc en ciel 4.jpg

 

                                                   Avec les enfants, nous parlons de toi...

                                                  Évoquant les bons et les durs moments..

                                                 Ce qu' ensemble nous avons vécu  au fil des Ans..

                                                 Nous aurions pu être si heureux avec toi.....

 

                                                    J' écoute Hallelujah au violon

                                                    Mon cœur se serre plein d' émotion !

                                                   Je suis triste de ton Grand Départ 

                                                   En Christ Sauveur, je mets mon espoir !

 

                                                      Mélancolie ! Mélancolie !

                                                  Ô Dieu ! Je t' aime, je te prie

                                                  pour que dans Ton ciel de Gloire

                                                 Nous vivions tous dans Ta Victoire !

 

                                                                   Aimée  

 

 

                            

                                                        

18:41 Écrit par salomée dans Ma famille | Tags : epoux, coeur mélancolie, bonheur, amour, paix, enfer, décès | Lien permanent

01/03/2018

Ma Thérapie....

                                                          Je ne croyais pas  avoir à passer

                                                         Par  toutes  les étapes  du  Deuil...

                                                        Ayant  vécu  le  pire des  traumatismes

                                                       La perte de mes parents , à  mes  vingt ans !

 

                                                       Mais je les  vis, Seigneur,  voici

                                                       C' est le moment d'introspection....

                                                       Les souvenirs  affluent  , pèle, mêle

                                                         Des douloureux  aux plus joyeux...

                                                                               

coquelicots12.jpg

 

                                                      Comme un Travail de  mémoire

                                                     Comme un  mouvement  naturel

                                                        Ma vie  fait un bond  en arrière

                                                      En reculant, m' entraîne, malgré moi...

 

                                                     J' ai perdu  mon élan,  mon énergie

                                                        Je stagne, me sens  affaiblie...

                                                      Pourtant, je continue, je prie

                                                      Sans Toi, Jésus, je ne peux rien faire !

 

                                                      Ma foi n' est pas remise en question

                                                     C' est juste un Arrêt, dans mon humanité

                                                     Les Années  vécues, certaines  oubliées

                                                      resurgissent dans  mes pensées...

                                                                                

citations-deuil-3-1024x576.jpg

                                                     

                                                     Il me faut passer  à  autre chose

                                                      Mais le moment, n' est pas encore venu...

                                                    Mes jours  sont comme en suspend

                                                    Je  cogite , n' en finis pas  de  penser ...

 

                                                  Seigneur  Merci  de  venir  apaiser

                                                   Mon âme, mon coeur, mon esprit !

                                                   Viens  m' aider  à  me  reconstruire

                                                 "  Autrement," parmi les  vivants....

 

                                                   Tu vois, je poursuis ma thérapie

                                                  Je pense,  j' écris... je recommence....

                                                      On dit que l' Ecriture  libère !

                                                  J' essaie  de  réinvestir  ma  vie...

 

                                                    Pour accepter  ce qui est changé

                                                    Je mets des mots  sur  mon ressenti...

                                                   D' autres liens  se  modifient, se créent

                                                    Qui me font  poursuivre  mon chemin...

 

                                                 J' apprivoise  doucement  l' Absence

                                                     Pour  conserver  mon  équilibre

                                                       Je  franchirai   tous les paliers

                                                  Car  Ton Secours,  fait mon succès....

                                                                            

eclaircie.jpg

 

                                                       A me réorganiser, aide-moi

                                                 A me trouver  d' autres centres d’intérêt....

                                                 Car, si à cette perte je m' attendais

                                               Il me faut  impérativement  la dépasser !

 

                                              Ma peine n' est  plus celle d' avant

                                              J' ai passé une partie de ma vie, à  attendre

                                                  Je passerai  la dernière partie

                                              A  mûrir,   pour   savoir   tout quitter !!

 

                                              "  Ce qui  compte, ce ne sont  pas

                                               Les Années, qu' il y a dans la vie,

                                              C' est  LA  VIE  qu' il y a dans les Années "

                                                                     Abraham Lincoln

                                                                                  Aimée 

 

11:16 Écrit par salomée dans Ma famille | Tags : deiuil, thérapie, jésus, vie, écriture, chemin liens vivants | Lien permanent

19/02/2018

Nous venons te dire...

                                                        Irrité, impatient, en colère

                                                        Contre  je ne sais  quoi, qui ....

                                                        C' est  à la Terre entière

                                                        Que tu en voulais  à  vie  ???

 

                                                        Je n' ai pas  compris

                                                       Pourquoi  tu  souffrais  ainsi...

                                                       Un jour ta mère m' a  dit

                                                        Qui était  ton ennemie.....

 

                                                        Tu étais une  victime

                                                       D' une tare de Famille...

                                                       Ce n' est pas  rarissime

                                                        Mais  une terrible  torpille .....

 

                                                       C' est  sur  ton caractère

                                                       Et  ton  comportement

                                                      Que ce mal héréditaire

                                                      A  sévi   sournoisement.....

 

                                                     Tu n' as pas  eu d' amis

                                                        Because, ta  jalousie !

                                                       Tu en étais  prisonnier

                                                         Tu  nous  as  isolés.....

 

                                                    Mais  à  ton enterrement

                                                    Du Monde, cependant

                                                   Autour de toi, était présent....

                                                  Tous, relations de nos enfants....

 

                                                      Ce fut  un au-revoir

                                                    Précis, simple, émouvant .

                                                      Alzheimer  lentement

                                                   Mettant fin à notre histoire !

 

                                                 Nous te savons vivant

                                                Pour toujours en esprit...

                                                Nous espérons  vraiment

                                                Ton Repos en Jésus-Christ !

 

                                                Ces  roses  que j' ai placées

                                               Sur ma table, à ton intention

                                                   Ont été renversées

                                                Il n' y avait  pas  de vent....

                                                                     

coeur 2.jpg

 

                                                Est-ce un signe de ta part ?

                                                 Veux-tu me faire savoir

                                                 Que  tu  n' es pas loin d'ici

                                                Juste de l' autre côté de la Vie ?

 

                                                Je pense  que tu es en paix

                                                      A présent, délivré

                                                De tes  craintes,  tes maladies

                                               Destructrices, qui  t' ont  asservi....

 

                                              Pénétré  par La Lumière,

                                              L' Amour  de Dieu ,sincère

                                            Ton esprit  enfin libéré

                                             Est heureux  pour l' Éternité !

                                                                  

amour de dieu 8.jpg

 

                                              Nous venons pour te dire

                                           Que nous pensons à  toi, ici-bas

                                               Nous venons pour te dire 

                                           Que nous ne t' oublions pas !

 

                                                    Aimée  

                                                 

12/02/2018

Solitaire....

                                                       Tu étais un être solitaire

                                                      T' ai-je connu  sur cette Terre ?

                                                          Tu ne t' extériorisais pas

                                                       Tu gardais  tes sentiments pour  toi...

 

                                                        Tu donnais  l' impression

                                                      D' être quelqu' un de superficiel....

                                                    Fanfaronnant   tout  le temps

                                                    Tu  masquais   bien  le  réel....

 

                                                     Que cachais-tu vraiment ?

                                                     Quelles  mystérieuses   blessures ?

                                                         Enfance,  vie de  garçon

                                                   Je n' en ai rien su, c' est  sûr !

 

                                                        Tu n' étais pas  celui

                                                    Que tout le Monde  voyait !

                                                       Tu traînais   toute ta vie

                                                  Des souffrances  de   ton Passé...

 

                                                      D' où  ton comportement

                                                   Incohérent dans l' intimité....

                                                        Comment  interpréter

                                                   Tes  peurs,  ta méfiance exagérée ?

 

                                                      Tu t' es emprisonné

                                                   Sans jamais t' expliquer....

                                                        Et tu t' es empêché

                                                 "Normalement "  d' aimer !

 

                                                       Prisonnier,  solitaire...

                                                 L' âme, le cœur perturbés !

                                                 Ainsi  je  t' ai  vu  sur  Terre

                                                  Et je n' ai pas pu t' aider !

 

                                                 Est-ce  ton orgueil  qui a  détruit

                                                      En grande partie, ta vie?

                                                        Jamais  tu n' as admis

                                                Que " dérangé " était  ton esprit ...

 

                                                       "  Une tare de Famille  "

                                                           M' a  avoué ta  Mère....

                                                  Ton grand-père, ton arrière grand-père

                                                    En ont, comme  toi, souffert !

 

                                                   Quel dommage, tu ne trouves pas ?

                                                        Pour toi, comme  pour moi...

                                                 Car pour le Bonheur, j' étais partie...

                                                 Hélas! Autrement en a  décidé la vie !

 

                                                  Aujourd'hui  les maladies mentales

                                                 Se diagnostiquent  et se soignent...

                                                  Elles  ne sont  pas irrémédiables

                                                  Corrigées, elles  sont  moindre mal...

 

                                                     Encore faut-il  reconnaître

                                                Le dysfonctionnement  de notre  esprit

                                                     Pour que tout le mal-être

                                                     Disparaisse   de  notre vie....

 

                                                   Tu le vois, je réfléchis,

                                                Encore sur  ta paranoïa, ta jalousie....

                                                   J' ai prié, pardonné, imploré

                                               Pour toi,  notre Seigneur  Jésus-Christ !

 

                                                Car il y a  une  VIE après la vie...

                                             Je souhaite que tu t y  trouves en Paix

                                            Et dans la Joie Normale, désormais...

                                             En   Christ, il n' y a  aucune Maladie  !  

 

                                                    Aimée 

                                                                        

amour  h.jpg

 

 

18:47 Écrit par salomée dans Ma famille | Tags : maladie mentales, prisonnier, solitaire, famille, vie, jésus-christ | Lien permanent

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique